Missions et organisation

Quelles sont les missions des GCO?

 
  • Les GCO sont l'acteur majeur de la recherche clinique en oncologie, avec plusieurs milliers de patients inclus chaque année dans leurs programmes de recherche, dont les résultats sont publiés dans les journaux médicaux les plus reconnus.

    Ces travaux permettent régulièrement l'introduction de nouveaux médicaments ou stratégies améliorant l'efficacité, la tolérance et/ou l'impact économique des thérapies anticancéreuses, favorisant une meilleure prise en charge des malades. 

    Ces réseaux coordonnés depuis la France s’étendent parfois sur plusieurs pays, les GCO ayant l’expérience des études internationales. Les GCO ont établi de nombreux partenariats de recherche avec l’industrie et des contrats avec des établissements publics.

    Les missions suivantes sont communément assignées à ces groupes :

    - Faciliter/promouvoir/ conduire la recherche clinique, biologique, méthodologique et translationnelle

    - Concevoir et implémenter les études cliniques nationales et internationales.

    - Améliorer la prise en charge thérapeutique du patient.

    - Augmenter les inclusions dans les essais cliniques et contribuer ainsi à l'atteinte des objectif du Plan Cancer 2014-2019.

    - Améliorer l'expertise des centres participants aux études.

    - Analyser et exploiter les données et les publications aux niveaux national et international.

    - Assurer la formation en Oncologie, y compris la prise en charge spécifique selon les cancers.

    - Diffuser l'information en Oncologie tant aux professionnels de santé qu'aux patients et leurs familles.

    - Contribuer à l'épidémiologie qui est la jonction entre la recherche fondamentale et la recherche clinique.

    - Améliorer la prévention.

    - Évaluer la réalité des pratiques médicales.

    - Organiser et sécuriser la centralisation de matériel d'évaluation tels que l'imagerie, collections biologiques (tumorothèque, sérothèque).

Quelle est la finalité des études GCO?

  • Les GCO ont l'opportunité de tester, en amont de leur commercialisation, parfois à des phases très précoces, l'efficacité et la tolérance des nouvelles molécules et/ou de leur combinaison avec d'autres médicaments.

    Ces travaux peuvent donc contribuer à la mise sur leur marché de nouvelles thérapies, ou, à l'inverse, à l'arrêt du développement de molécules inefficaces ou trop toxiques. De la même façon, pour des molécules anticancéreuses déjà commercialisées, les GCO peuvent permettre par leurs études le développement de nouvelles indications.

    Une des spécificités des GCO est la réalisation d'études randomisées comparant entre elles différentes approches thérapeutiques ou molécules, autorisant une évaluation systématique de la valeur ajoutée des nouveaux traitements par rapport à ceux déjà disponibles. Les GCO peuvent ainsi garantir la bonne gestion des dépenses publiques notamment lors de la démonstration du non bénéfice d'un traitement coûteux.

    Les GCO s'investissent dans le suivi à long-terme des patients inclus dans les études cliniques, en termes d'efficacité et de tolérance.

    Les GCO jouent ainsi un rôle moteur dans la santé publique en cancérologie, par leur évaluation, dans des situations courantes de prise en charge médicale des patients, de la valeur ajoutée des nouveaux traitements, des traitements existants, de leur combinaison et/ou d'un changement de régime thérapeutique, du développement d'approches thérapeutiques innovantes telles que la chimiothérapie intensive avec autogreffes de moelle ou de cellules souches hématopoiétiques, de la découverte de marqueurs histologiques ou biologiques clés.

    Les GCO ont également un impact sur la méthodologie lors de contribution à la définition de réponse en Cancérologie, définition de classification (ex : FIGO), description d'index pronostique international (ex : lymphome de l'adulte).

Quels sont les domaines d'expertise des GCO?

  • Les GCO sont des structures hyperspécialisées par domaine thérapeutique, sans équivalent dans le domaine de la recherche clinique en oncologie.
  • Les domaines d'expertise des GCO s'étendent des tumeurs solides de l'adulte telles que digestives, gynécologiques, cérébrales, thoraciques, localisations tête et cou (ORL), jusqu'aux cancers du sang tels que leucémies de l'enfant et adolescent, lymphomes de l'adulte, myélomes et gammopathies monoclonales.
  • Les GCO s'investissent également dans des indications tumorales rares ou orphelines. Les pathologies rares incluent les tumeurs pédiatriques.
  • Les domaines d’expertise des GCO s’adressent à des populations adultes, enfants et adolescents, ainsi qu’aux sujets âgés. En effet, même si la participation des patients aux études cliniques en Cancérologie a augmenté ces dernières années, une attention particulière doit leur être portée car si aujourd’hui près de 60% des enfants sont inclus dans des études, en revanche très peu de personnes âgées le sont.

Comment les GCO sont-ils structurés?

  • Afin de réaliser ses missions, chaque GCO possède une structure opérationnelle capable notamment de concevoir, promouvoir et conduire des recherches biomédicales (phase I / II / III) et d'en communiquer les résultats.

    Ces structures également appelées Unité de Recherche Clinique sont composées de professionnels expérimentés (managers, chefs de projet, attachés de recherche clinique, data managers, statisticiens, opérateurs de saisie), permettant la réalisation de toutes les activités de Recherche Clinique:

    - Conception de plan de développement et design d'études cliniques selon la méthodologie des essais cliniques

    - Démarches administratives (Assurance, ANSM, Comités de Protection des Personnes, CNIL)

    - Monitoring sur site et centralisé

    - Plate-forme d'inclusion/randomisation

    -  Data Management

    - Pharmacovigilance (Eudravigilance)

    - Aide à l'investigateur (TEC)

    - Communication privilégiée avec les centres investigateurs

    - Coordination de prestataires pour la gestion des lots cliniques

    - Analyses statistiques

    - Relecture centralisée des images médicales (scanner, PET-Scan)

    - Collection et gestion des prélèvements biologiques (Bio-banking)

    - Relecture centralisée anatomo-pathologique

    - Rédaction médicale

    - Communication (Site web, congrès, publications)

    En 2007, l'INCa a labellisé 11 centres de traitement des données (CTD) parmi lesquels celui de la FFCD, du LYSA-LYSARC et du GERCOR. La Ligue Nationale Contre le Cancer apporte aussi depuis 2013 des soutiens de fonctionnement, d’une durée de trois ans, au titre de "Plateformes Régionales de Recherche Clinique travaillant dans le domaine de la cancérologie".