C’est ce que révèle le suivi à long-terme de plus de 1600 patients atteints de lymphomes non-hodgkiniens dans l’étude SIMONAL menée par le LYSA (The Lymphoma Study Association).

Téléchargez le communiqué