Labellisation et soutien apporté par l’INCa depuis 2012 aux groupes coopérateurs fondateurs du réseau GCO

L'Institut National du Cancer (INCa) a pour mission de coordonner et d'animer la recherche clinique et translationnelle en cancérologie académique. En France, les acteurs de la recherche clinique académique en cancérologie sont notamment organisés en de multiples sociétés savantes et groupes coopérateurs. Pour permettre une meilleure efficacité dans les actions et réduire le nombre d'interlocuteurs représentatifs, l'INCA a décidé de soutenir leur regroupement et leur structuration à travers un appel à candidatures.

En 2012, l'INCa a donc lancé un appel à candidatures visant à inciter les groupes coopérateurs à se regrouper pour constituer des intergroupes français de dimension internationale dans le domaine de la recherche clinique sur le cancer. L'appel à candidatures s'adressait à des structures opérationnelles de la recherche clinique académique en cancérologie, indépendantes et à but non lucratif, associant des médecins et des professionnels de la recherche médicale. Sur les 10 candidatures soumises et évaluées par un comité d'experts internationaux, six intergroupes coopérateurs ont été retenus sur la base de leur envergure, leur visibilité internationale, leur capacité à réaliser la recherche clinique et cognitive, à collaborer dans le domaine de la recherche clinique, à gérer les essais cliniques et les ressources humaines dévolues à la recherche.

La qualité du travail des GCO a ainsi été officiellement reconnue par l’INCa en 2012 à travers la labellisation de 6 intergroupes coopérateurs français de dimension internationale dans le domaine du cancer:

- l'intergroupe ARCAGY-GINECO (Association de recherche sur les cancers dont gynécologiques et le Groupe d'investigateurs nationaux pour l'étude des cancers ovariens et du sein)
- l’intergroupe sur les tumeurs digestives qui rassemble la FFCD (Fédération francophone de cancérologie digestive) et le GERCOR (Groupe coopérateur multidisciplinaire en oncologie)
- l’intergroupe francophone de cancérologie thoracique (IFCT)
- l’intergroupe de recherche sur les lymphomes (LYSA-LYSARC)
- l’intergroupe francophone du myélome (IFM)
- l’intergroupe ORL qui regroupe le GORTEC (Groupe d'oncologie radiothérapie tête et cou), le GETTEC (Groupe d'étude des tumeurs de la tête et du cou) et le GERCOR (Groupe coopérateur multidisciplinaire en oncologie)
 

En 2014 et 2015, l’INCa a souhaité poursuivre la labellisation des « intergroupes coopérateurs » dans des domaines non couverts par les intergroupes coopérateurs labellisés en 2012, en particulier les pathologies fréquentes telles que les cancers du sein, les cancers urologiques, les cancers du système nerveux central, les leucémies et les cancers pédiatriques.

Deux autres groupes labellisés par l'INCa en 2014 et 2015 sont membres du réseau GCO:
- Société française de lutte contre les cancers et les leucémies de l’enfant et de l’adolescent (SFCE)
- InterGroupe Coopérateur de Neuro-Oncologie/Association des Neuro-OnCologues d’Expression Française (IGCNO/ANOCEF)

La labellisation des 6 intergroupes labellisés en 2012 a été officiellement renouvellée en juillet 2015 pour une période de deux ans afin:
- D'améliorer la visibilité internationale et l’attractivité de la recherche clinique française, et développer la coopération européenne et internationale dans la recherche clinique et translationnelle française
- De favoriser l’interface entre l’INCa et groupes coopérateurs pour la conduite d’essais cliniques et la recherche translationnelle, et contribuer à renforcer les actions de dynamisation de la recherche clinique du Plan cancer 2014-2019.

Le Plan Cancer 2014 - 2019

Le Plan cancer 2014-2019 est décliné en 17 objectifs qui s’organisent en actions opérationnelles. Ces objectifs s'articulent autour des quatre grandes ambitions du Plan, à savoir guérir plus de personnes malades, préserver la continuité et la qualité de vie, investir dans la prévention et la recherche, optimiser le pilotage et les organisations.

 Le Plan Cancer 2014-2019 reconnaît à plusieurs reprises la capacité des intergroupes coopérateurs à mener des essais cliniques multicentriques en réseau.

Plus particulièrement l’action 5.2 du Plan Cancer projette d’inclure 50 000 patients par an dans des essais thérapeutiques en 2019. Pour ce faire, « la participation forte des groupes coopérateurs, leur mise en responsabilité dans la proposition et la conduite d’essais cliniques visant à répondre aux grandes questions thérapeutiques d’augmentation de la survie et de réduction des effets secondaires et tardifs des traitements, doivent être facilitées ».

D'après le registre de l'INCa, une nette augmentation du nombre de patients participant à des essais cliniques a été observée ces dernières années avec près de 25 000 patients inclus dans des essais thérapeutiques académiques pour la majorité d’entre eux, ou industriels, en 2014.

Grâce à leur fonctionnement en réseau qui couvre la totalité du territoire français, les GCO  ont permis à de nombreux patients de bénéficier de l’accès à l’innovation thérapeutique en 2014 avec près de 6000 patients inclus dans leurs essais cliniques ce qui représente ainsi 24% du nombre total des patients inclus dans des essais thérapeutiques en France en 2014.

Les GCO souhaitent jouer un rôle actif dans le recrutement des 50 000 patients par an que prévoit le Plan Cancer. Dans cette optique, les GCO se félicitent que les Orientations de l'appel à projets du Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC-K-2015) prévoit de consacrer environ 50% du budget annuel actuel du PHRC Cancer aux grands essais cliniques multicentriques menés par les intergroupes labelisés.